POLLUTION OCÉANIQUE : POURQUOI DOIT-ON S’INQUIÉTER ?

Les pailles en plastique représentent moins de 1% de la pollution plastique océanique. Les déchets issus de la pêche représentent quant à eux 10% de cette pollution : un chiffre qui ne cesse hélas de croître. Nous parlons aujourd’hui de 640 000 tonnes de déchets marins qui sont perdus ou abandonnés chaque année dans les mers menaçant notre écosystème au niveau mondial.

 

LA PÊCHE FANTÔME

Les engins de pêche perdus, tels que les filets, casiers ou palangres continuent leurs captures sans limites de temps. Différentes espèces peuvent être prises au piège inutilement et la décomposition de ces prises peut facilement attirer des prédateurs qui seront alors pris au piège à leur tour.

 

Les filets de pêche étaient généralement fabriqués en chanvre ou en coton biodégradables avant les années 60. Ils sont aujourd’hui fabriqués en nylon synthétique et peuvent mettre jusqu’à 600 ans pour se désintégrer, libérant ainsi des microparticules de plastique nocives.

Des milliers de kilomètres de filets de pêche traînent ainsi au fond des mers et portent préjudice à notre environnement marin : ces tueurs silencieux portés par les courants tuent sans discrimination aucune, du crustacé à la baleine.

C’est ce que l’on appelle plus communément la « pêche fantôme ».

 

COMMENT AGISSONS-NOUS FACE À CE PROBLÊME ? 

L’initiative Global Ghost Gear est une alliance de gouvernements, de leaders de l’industrie de la pêche, de chercheurs et d’ONG, engagés pour réduire l’impact des équipements fantômes à l’échelle mondiale sur le secteur économique, la sécurité alimentaire et sur l’écosystème marin.

En 2015, les Nations Unies ont défini 17 objectifs mondiaux appelés objectifs de développement durable. L’objectif 14 est entièrement centré sur nos océans et appelle à une réduction significative de la pollution marine d’ici 2025.

 

 

Chez Awake, innover en matière de durabilité est notre moteur au quotidien. Fervents partisans de la GGGI, nous avons eu à cœur de répondre à notre manière et avec nos moyens à la pollution des océans. Six mois ont été nécessaires pour imaginer et concevoir début 2019 la première montre fabriquée à partir de filets de pêche recyclés.

 

NOUS VOUS PRÉSENTONS “LA BLEUE”, 

Spécialement conçue pour être offerte à chaque leader mondial pour le sommet G7, notre modèle La bleue a reçu l’immense privilège d’être porté par notre président de la République, Emmanuel Macron. Celui-ci nous a présenté en exemple aux yeux du monde comme un symbole d’innovation à la française indiquant la voie à suivre pour un avenir plus durable.

 

Notre modèle emblématique est alimenté à l’énergie solaire comme toute notre gamme. Mais la vraie innovation provient du boîtier fabriqué à partir de filets de pêche récupérés dans les mers du Nord : nettoyés, recyclés et transformés en matières premières au Danemark, ceux-ci donnent ensuite vie à la montre qui symbolise le plus grand exploit de notre jeune équipe.

À vos agendas, nous avons extrêmement hâte de vous présenter La bleue le 1er décembre prochain ! Nous travaillons également en parallèle à l’emplacement de nouveaux sites de recyclage en France mais aussi au Vietnam pour 2020.

 

Références:
www.ghostgear.org / 
www.worldanimalprotection.us